Travel in Happiness

Le carnet de Voyage de T&L

F.A.Q.

« Mais pourquoi ne sont ils pas au Canada ? » – La F.A.Q. de notre projet…

Euh c’est quoi ça ?
F.A.Q. (ou FAQ) signifie « Frequently Ask Questions » (questions fréquemment posées). Sur la plupart des sites Internet, cela permet de trouver une réponse aux questions que l’on pourrait se poser.

Ici, c’est pareil. On nous pose souvent les mêmes questions, et c’est bien normal. Depuis le début de ce blog, nous n’avons pas pris le temps de réexpliquer notre projet qui a beaucoup évolué ces derniers temps. Parce que c’est bien beau le tour des États-Unis, le Road Trip et toutes les jolies photos… mais on était pas censés partir au Canada ?

Nous allons donc tenter de tout vous expliquer et de répondre à vos éventuelles questions via une FAQ. Oui, comme des pros de l’Internet ! L’avantage pour vous c’est que vous n’êtes pas obligés de lire ça dans l’ordre. Vous pouvez même seulement lire les réponses aux questions qui vous turlupinent en cliquant sur celles-ci. Cela vous enverra directement à la réponse !

Si malgré tout ça vous avez encore des questions, n’hésitez pas à nous les poser en commentaire !
Par contre, pour ceux qui ont des problèmes de lecture, il n’y aura pas d’images cette fois-ci 🙂

 

Version du 25/05/14.

Questions

Le Projet

Pourquoi-êtes vous partis ?
États-Unis, Canada… Vous partez où ?
Pourquoi le Canada ?
Finalement, vous y allez quand et combien de temps au Canada ?

Le PVT

Qu’est-ce que c’est ? Pourquoi vous nous en parlez tout le temps ?
Vous l’avez eu ?
Il n’y a pas d’autres moyens de travailler au Canada ?
Si vous n’avez pas de permis de travail, vous allez faire comment ?

Le Parcours aux États-Unis

Pourquoi êtes-vous allés si longtemps aux États-Unis ?
Comment vous avez trouvé les idées pour faire tout ce que vous avez fait ?

 

Réponses

Le Projet

Pourquoi-êtes vous partis ?
Cela fait quelques années que nous voulions tenter d’aller vivre quelques temps à l’étranger. Ce n’est pas qu’on est malheureux en France, mais nous avions envie de découvrir comment se passe la vie ailleurs. Ça doit bien faire 2 ans que cette idée revenait de plus en plus souvent dans nos conversations, mais sans jamais vraiment savoir si nous allions franchir le pas un jour. Puis plusieurs évènements dans nos vies respectives on fait que le moment paraissait idéal pour tenter l’aventure. En plus, cela devenait une obligation pour Tang pour valider son diplôme. Du coup nous nous c’était décidé : nous partirons quelques mois à l’étranger !!!
Retour aux questions

États-Unis, Canada… Vous partez où ?
Comme vous le savez tous (ou presque), notre choix s’est finalement porté sur le Canada. Nous avions plusieurs idées de pays : Royaume-Uni, Nouvelle-Zélande, Australie… Mais il fallait faire un choix (ou faire un tour du monde, mais la banque n’allait pas être contente) ! Pour les États-Unis, il s’agit juste d’un « petit détour » pour réaliser un vieux rêve.
Retour aux questions

Pourquoi le Canada ?
ET bien… Parce que !
Bon d’abord, le pays nous faisait envie. C’est un territoire immense avec pleins de paysages différents à découvrir. Et puis il possède pas mal d’avantages :
– Il est situé juste au nord des États-Unis. C’était donc une bonne opportunité d’aller visiter ce pays en même temps !
– Il est possible de parler français à pas mal d’endroits. Notre niveau d’anglais nous semblait trop limité pour partir plusieurs mois dans un pays totalement anglophone. Finalement, aux États-Unis on s’en sort pas si mal, mais on ne le savait pas il y a encore deux mois. 🙂
– Il est possible d’y travailler grâce au PVT, ce qui est avantageux pour nous.
– Tout le monde nous dit que les gens sont gentils, accueillants et chaleureux, et nous on aime les gens gentils, accueillants et chaleureux !
– Le canada, c’est aussi un pays qui cherche des français parlants anglais dans les provinces anglophones, ce qui pourrait être intéressant comme expérience pour nous.
– Enfin… il y a des caribous !
Bref, la liste est longue et non exhaustive. C’est tout simplement le pays qui nous semblait le plus coller à nos envies.
Retour aux questions

Finalement, vous y allez quand et combien de temps au Canada ?
Nous y allons très bientôt ! Le 26 mai pour être précis. Nous espérons y rester jusqu’au 30 septembre, mais ça sera selon l’appréciation des douaniers. Il faut que l’on prouve que nous avons de quoi subvenir à nos besoins pendant le séjour, mais également que nous ne voulons pas travailler clandestinement. Il faut surtout prouver que nous voulons bien quitter le pays au bout d’un moment. C’est évidemment notre cas, mais il faudra convaincre les douaniers si on veut pouvoir rentrer dans le pays.
La durée du séjour pourrait être plus courte que prévue pour plusieurs raisons : si nous n’avons plus de sous, si on s’ennuie, si la France nous manque trop… Le séjour ne sera par contre pas plus long. Toutes les bonnes choses doivent avoir une fin et pour nous il sera temps de reprendre le cours de notre vie en France. Cela fera alors pile 6 mois que nous voyagerons !
Retour aux questions

 

Le PVT

Qu’est-ce que c’est ? Pourquoi vous nous en parlez tout le temps ?
Pour pouvoir travailler au Canada, il faut avoir un permis de travail. Il est possible d’en obtenir de plusieurs manières. La façon « classique » est de trouver du travail avant d’arriver sur le territoire canadien. Vous pourrez alors faire une demande pour un permis de travail « fermé » : vous serez autorisés à rester au Canada pour la durée votre contrat (pas plus) et vous ne pourrez pas changer d’employeur pendant la durée de votre permis. Ce permis coûte des sous et du temps à l’employeur qui vous fait venir. Il doit notamment justifier auprès des services de l’immigration canadienne qu’il ne trouve pas de canadiens ou de résidents permanents pour pourvoir à des postes et que l’arrivée de travailleurs étrangers n’aura pas de répercussions négatives sur le marché du travail canadien.
Il y a des exceptions à cela selon le type d’emploi, mais pour des gens qui cherchent des petits boulots comme nous, ce permis n’est pas très adapté.
Un autre permis de travail nous correspond beaucoup plus : Le Permis Vacances – Travail (PVT).
Ce permis est issu d’un accord entre la France et le Canada et permet aux français de moins de 35 ans de partir travailler pour une durée maximale de 12 mois au Canada. Comme son nom l’indique, il est normalement fait pour les personnes qui désirent voyager et qui ont besoin de travailler pour financer leur voyage.
Ce permis offre de nombreux avantages :
– Il n’est pas nécessaire de cherche du travail avant de partir,
– Il est possible de changer d’emploi à volonté pendant la durée du PVT. Il permet donc de se déplacer dans le pays et de trouver des petits jobs temporaires aux endroits où l’on s’arrête.
– L’employeur n’a pas de démarches particulières à faire pour vous employer,
– Il permet parfois de bénéficier d’avantages comme plus de poids de bagages lors du vol France-Canada avec la compagnie AirTransat, des réductions sur certaines assurances voyages…
Bref, c’est vraiment plus pratique et correspond exactement à notre situation.
Seulement, il y a une difficulté majeure : Ce permis est de plus en plus populaire chaque année alors que le quota disponible (à savoir 6750 places pour le PVT 2014) n’évolue presque pas. Du coup, il y a beaucoup de demandeurs qui ne l’obtiennent pas. Il est très difficile à obtenir !!!
Pour information, il est possible d’obtenir un PVT pour aller travailler dans d’autres pays. Australie, Nouvelle-Zélande et très bientôt le Brésil par exemple. Les modalités sont sensiblement les mêmes, à part l’age limite qui est souvent fixé à 30 ans. La plupart du temps, il n’y a pas de quota ce qui rend le permis pour ces autres destinations plus facile à obtenir.
Pour tout savoir sur le PVT, on ne peut que vous conseiller le site PVTistes.net !
Retour aux questions

Vous l’avez eu ?
Et bien… NON ! 🙁 Mais ce n’est pas forcément définitif… Bref c’est compliqué en fait ! Il faut dire que pour notre première demande, on a plutôt étés servis !
Habituellement, pour faire une demande de PVT, il faut faire un dossier à envoyer par courrier à l’ambassade. Selon les années, les pièces demandées changent. Généralement, il faut :
– Un CV,
– Une lettre expliquant nos motivations nous poussant à faire un PVT au Canada,
– Une attestation de notre banque justifiant que l’on a assez d’argent sur notre compte en France pour financer nos 3 premiers mois de voyages, soit $3000 canadiens selon l’ambassade,
– Un dossier avec quelques infos sur nous et nos coordonnées…
Généralement, l’ouverture des candidatures pour le PVT Canada se fait à la fin de l’année précédente. L’ambassade annonce la date d’ouverture 24 à 72H avant. Il faut ensuite être rapide pour envoyer son dossier : l’année dernière, les quotas ont étés atteints en 47 heures !

Mais ça, c’était avant ! Cette année, tout à changé :

Pour la première fois, les candidatures se sont faites uniquement par Internet. La demande à également été simplifiée : Pour la première étape, il faut simplement remplir un questionnaire d’informations. D’autres documents sont ensuite demandés aux étapes suivantes si on est pris dans le quota.
L’ambassade à eu besoin de plus de temps pour préparer ce nouveau mode de candidature. Et elle a aussi pris son temps pour annoncer l’ouverture de ces mêmes candidatures.
Alors que tout le monde attendait l’ouverture au mois de novembre 2013, l’ambassade a d’abord annoncé que les candidatures n’ouvriraient « pas avant décembre ». Le mois de décembre est arrivé et nous avons reçu un mail de l’ambassade nous indiquant que l’ouverture des candidatures se ferait en janvier 2014. Et c’est seulement le 29 janvier que l’on nous a annoncé l’ouverture d’une première tranche de candidatures. 2250 seront distribuées ce jour là. En tout, il y a eu 3 tranches de candidatures. Voici un résumé des évènements pour nous.

Tranche 1, 1 février, 16H00.
L’ouverture est annoncée pour 16H00. Dès 15h30 nous sommes sur notre ordinateur, connectés sur nos dossiers respectifs et prêts à valider nos demandes de PVT. A 15h59, on rafraichit la page du site internet. Aucun changement. On fait de même à 16H précises. Il est cette fois possible de soumettre sa demande, mais le site est affreusement lent. Tang arrive à la dernière étape (il faut confirmer sa demande et ressaisir sont mot de passe) mais le site plante au moment de cliquer de le bouton de validation final. Il est déconnecté de son compte et ne pourra pas se reconnecter avant de longues minutes. Liloo n’arrive même pas jusqu’à cette étape. Le site renvoie sans arrêt des messages d’erreurs. Elle sera également déconnecté, sans possibilité de se reconnecter jusqu’à 16h45. Là le site refonctionne le temps de se reconnecter, mais impossible d’aller plus loin. L’ambassade annonce que le site fonctionnera de nouveau à 17H, puis 18H puis 18h30. Finalement, un message de l’ambassade à 18h20 indique que le quota de la première tranche est complet.
Nous sommes dégoutés de la façon dont ça s’est passé, et avons l’impression de ne pas avoir eu les mêmes chances que tout le monde. On se demande encore comment on fait les premiers pour soumettre leur demande et nous ne comprenons pas comment le quota peut être atteint avec un site qui ne fonctionne pas. Mais on est pas abattus : il reste encore 4500 places à distribuer. Quand ? On ne le sait pas encore. Les 2h30 qui viennent de s’écouler ont été stressantes et éprouvantes, mais l’attente des prochaines dates l’est encore plus.

Tranche 2, 15 février, 16H00.
Mercredi 12 février, l’ambassade annonce le deuxième round aura lieu dans les mêmes conditions que le premier, samedi 15 février. Le même scénario recommence : site lent, déconnexions… Sauf que cette fois nous ne nous ferons pas des espoirs longtemps : à 16H15 l’ambassade annonce que le quota est complet. Caramba, encore raté ! Plus qu’un essai ! Pour quand ? Bien évidemment nous ne le sauront pas à l’avance.

Tranche 3, 1 mars, 16H00.
Finalement, l’ambassade du Canada est réglée comme une horloge suisse. Le mercredi 26 février, on nous annonce la dernière tranche pour (oh surprise !) samedi 1 mars, 16 heures.
Cette fois, nous nous lançons sans aucun espoir : si on arrive juste à se connecter, ça sera un miracle. On sait que cette fois il y aura une liste d’attente et que réussir à soumettre sa demande ne sera pas une garantie d’avoir un PVT. A 16h00, bonne surprise : le site est relativement fluide. A 16h07 notre demande finale est validée. On obtient alors un numéro de suivi : 7214 pour Liloo et 7217 pour Tang. Dans la soirée, petit mail de l’ambassade : Nos demandes ne sont pas dans le quota et nous sommes donc placés en liste d’attente. Nous avons une petite chance : d’après le site PVTistes.net qui recense les demandes des candidats, nous pouvons savoir que nous sommes approximativement 150 et 153e sur la liste d’attente. En plus, nous sommes miraculeusement très proches l’un de l’autre. Certains couples qui voulaient partir ensemble se retrouvent avec un membre 100 ème sur la liste d’attente et l’autre… 4000ème. Quand on sait qu’il y a déjà peu de chances d’êtres pris au delà de notre rang…

Aujourd’hui :
La liste d’attente a un peu avancé. Nous sommes approximativement à une trentaine de places d’avoir un PVT. C’est très proche et très loin, alors que le temps presse… Mais ça commence à ne pas sentir bon pour nous ! Normalement, il est interdit de rentrer au Canada lorsque l’on a une demande de PVT en cours. On peut se faire reconduire en France par le premier avion, avec interdiction de rentrer sur le territoire canadien pendant un an… Et d’après plusieurs témoignages, c’est aussi valable pour la liste d’attente !
Pour se laisser plus de chances d’obtenir le PVT, on a décidé de faire un long périple aux États-Unis, en espérant que pendant ce temps là la liste d’attente se vide jusqu’à notre rang. Et bien malgré les presque 3 mois qui se sont écoulés depuis notre demande (et 4 mois depuis notre première tentative) nous ne savons toujours pas si nous aurons un PVT ou non !
Retour aux questions

Il n’y a pas d’autres moyens de travailler au Canada ?
Il y a plein d’autres moyens. Permis de travail fermé, stages… Mais ces façons d’obtenir un permis ne sont pas très adaptées à nos projets. Le PVT est censé être le plus simple. Mais on trouvera des plans de secours et de quoi s’occuper !
Retour aux questions

Si vous n’avez pas de permis de travail, vous allez faire comment ?
Le PVT devait nous aider à financer notre voyage. Mais nous avons quand même fait quelques économies pour pouvoir vivre sans PVT. Pour s’occuper, nous essayerons de trouver des associations où nous pourrons nous investir en tant que bénévoles. Et puis rien ne nous interdit d’essayer de trouver une vraie opportunité de job une fois là-bas et donc de demander un permis de travail fermé ! Mais avant tout, nous allons essayer de profiter un peu de la vie canadienne.
Retour aux questions

 

Le Parcours aux États-Unis

Pourquoi êtes-vous allés si longtemps aux États-Unis ?
Au départ, nous avions envie de passer une semaine à New-York pendant notre PVT au Canada. Seulement, sans PVT, il a fallu improviser. Notre situation sur liste d’attente (voir détails ici) nous a donné envie de tenter un pari un peu fou : il faudra peu être attendre la fin du mois de juillet pour savoir si nous aurons un PVT ou non, mais nous ne voulions pas attendre si longtemps pour partir. On a quand même mis nos vies en pause pour ce voyage, on allait pas rester inactifs très longtemps ! Le nouveau projet : faire un tour des États-Unis pendant 2 mois en espérant qu’entre temps notre situation pour le PVT se débloque. Ça a alors été le début de longues journées pour calculer le budget, réfléchir à notre parcours et voir si tout cela tenait la route.
Au final, ce n’est pas un pari gagnant d’un point de vue du PVT, mais on vient de passer les deux mois les plus incroyables de notre vie ! On ne regrette absolument pas et nous sommes persuadés que nous avons fait le bon choix ! En plus, on a encore plein de choses à vous raconter !
Retour aux questions

Comment vous avez trouvé les idées pour faire tout ce que vous avez fait ?
On est des génies, tout nous est venu naturellement ! Plus sérieusement, il faut savoir que les parcours dans l’ouest on étés faits par des tonnes de personnes, et il n’y a plus grand chose à inventer. Nous nous sommes juste inspirés de ce qui a déjà été fait, et nous avons adapté cela à nos envies et notre budget.
C’est d’ailleurs le moment idéal pour remercier les nombreux blogs et sites internet qui nous ont aidé dans notre projet :
Le blog de Mathilde, et plus particulièrement les articles concernant son Road Trip dans l’ouest Américain. Son récit nous a fait envie et nous a montré un parcours qui nous a servi de base de travail. Nous l’avons adapté à nos besoins pour aboutir au notre qui est très similaire. Bon ça ne faisait pas tout le boulot, il fallait encore trouver dans quelle ville dormir, vérifier la durée de nos étapes… Sinon, on vous conseille de lire tout son blog. Il est très bien fait et les articles bien écrits. On a encore du boulot pour en arriver là !
RoadTrippin.fr. Notre bible lorsque nous visitons les parcs nationaux ! Les points à voir, les durées des randonnées, des conseils… tout y est !
Ma vie à Los Angeles, un blog d’expatriés français que nous a bien servi pour les infos pratiques à Los Angeles mais aussi aux autres endroits qu’ils ont visité.
PVTistes.net, pour tout ce qui concerne le PVT, mais aussi pour tous les témoignages de voyages qui donnent envie d’en faire encore plein. C’est d’ailleurs sur site qu’on a lu un témoignage sur Honolulu qui nous a donné envie d’y aller !
Retour aux questions

Nous rajouterons peut être des questions au fur et à mesure, mais nous vous préviendrons par un article en cas de mise à jour !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *